Accueil

French button

31 janvier 2014

Aux membres de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec, section locale 406, FAM/AFM :

La Guilde nous a informés que lors de son assemblée générale de décembre elle avait adopté une motion pour la tenue d’un référendum auprès de ses membres concernant la poursuite de l’affiliation à la FAM. Bien que cela ne soit pas une surprise, nous en sommes néanmoins très déçus. Cette motion semble être l’aboutissement d’une succession d’événements délibérément orchestrés depuis environ deux ans afin d’en arriver précisément à ce résultat. Nous vous présentons dans la présente lettre des faits et de l’information qui n’ont peut-être pas fait l’objet d’un examen approfondi jusqu’à maintenant.

Le Conseil exécutif international (IEB) et les dirigeants élus de la GMMQ tiennent des discussions depuis plus de 20 ans sur les avantages et les enjeux particuliers de la section locale 406 aux termes de la Loi sur le statut de l’artiste. La direction actuelle de la Guilde allègue que ses revenus ne sont pas suffisants pour à la fois acquitter les frais d’affiliation à la Fédération et pour satisfaire aux diverses obligations prévues dans cette loi.

Conscient du statut particulier dont jouit la section locale 406 en vertu de la Loi sur le statut de l’artiste et des avantages et obligations qui en découlent, l’IEB a cherché par l’adoption de nombreuses mesures à soutenir la GMMQ. Parmi celles-ci on peut noter des allocations de plusieurs milliers de dollars pour la traduction en français de documents de l’organisation; le reclassement des ententes sur support électronique négociées en vertu de Loi sur le statut de l’artiste comme étant des conventions locales – permettant ainsi à la section locale 406 de conserver des fonds qui autrement auraient été payables à la Fédération à titre de cotisations sur les enregistrements; et l’embauche d’un directeur associé pour les services symphoniques au Canada appelé à travailler exclusivement à partir des bureaux de la section locale 406 et dont la tâche est d’aider à la négociation avec les nombreux orchestres de la province. Mon prédécesseur a de plus allouer des fonds pour le règlement des frais juridiques lors de plusieurs négociations de la section locale 406.

Malgré tout, la direction de la Guilde maintient que cela n’est pas suffisant et demande une plus grande contribution de la part de l’IEB. Au cours des deux dernières années, la Guilde a fait deux propositions distinctes à l’IEB. La première prévoyait la remise par la FAM de 180 000 dollars à la GMMQ et la seconde, présentée sous forme de résolution à la convention de la FAM, visait à mettre fin à son statut de section locale de la FAM pour devenir une « section locale non affiliée », ce qui dispenserait la Guilde de payer des milliers de dollars par année en cotisations à la Fédération.

En toute sincérité, le problème avec ces deux propositions, telles qu’énoncées, est que la Fédération a besoin de ces fonds en provenance de toutes les sections locales pour assurer son fonctionnement. Comme tous les contribuables doivent payer des impôts au gouvernement, toutes les sections locales doivent verser des cotisations afin de soutenir la Fédération. Il serait injuste de dégager la Guilde de ses obligations financières alors que toutes les autres sections locales de la Fédération doivent continuer à verser leur part des cotisations. De plus, cela pourrait provoquer une réaction en chaîne et porter gravement atteinte à notre syndicat.

La direction de la Guilde déclare qu’elle a besoin d’avoir recours à des avocats-conseils pour s’acquitter de ses obligations prévues dans Loi sur le statut de l’artiste. Les avocats-conseils coûtent cher. La Guilde n’a pas les moyens d’en engager et il serait difficile pour la Fédération d’offrir un financement à cet égard. À la recherche d’une solution, l’IEB a offert de se joindre à la section locale 406 pour proposer à la convention de la FAM de l’an dernier une hausse de deux dollars par personne sur les cotisations à la Fédération. Une telle proposition aurait permis de générer entre 160 000 et 180 000 dollars de plus. Cette somme aurait été spécifiquement affectée au financement du personnel par l’entremise d’un projet d’entente de services entre la Guilde et la Fédération, permettant à la FAM de fournir l’aide exigée à la GMMQ en conformité avec les dispositions de la Loi. Soyons clairs à ce sujet : L’IEB a offert d’appuyer de tout son poids une proposition qui aurait fait en sorte que chaque membre de la Fédération aurait apporté son aide à la section locale 406 en contribuant deux dollars de plus par année.

Je crois que cette stratégie aurait pu réussir. Les délégués à la convention étaient disposés à financer adéquatement des programmes qui auraient permis à la FAM de prendre un nouvel essor. Je pense qu’ils auraient accepté avec joie de fournir deux dollars de plus pour aider leurs confrères et consœurs de la section locale du Québec. Malheureusement, les délégués n’ont jamais eu l’occasion de se prononcer à ce sujet. La direction de la Guilde a rejeté l’offre de l’IEB et a plutôt proposé que la convention l’autorise à être affiliée à la FAM sans pour autant être une section locale. La GMMQ n’aurait pas eu ainsi à payer ce que toutes les autres sections locales ont à verser pour faire partie de la Fédération. Comme nous l’avions indiqué précédemment à la direction de la Guilde, les délégués à la convention n’étaient pas du tout enchantés par cette proposition. Toutefois, après avoir entendu la section locale 406 parler de ses difficultés, la convention a décidé, plutôt que de se prononcer par un « oui ou non » sur la proposition, de remettre la question entre les mains de l’IEB en lui confiant la mission de trouver une solution réalisable.

L’IEB a abordé la question lors de sa réunion suivante, en novembre 2013. Après avoir déterminé qu’une résolution autorisant les sections locales à devenir des « affiliés » avec un statut dilué n’était pas dans l’intérêt véritable ni de la Fédération ni de ses membres, l’IEB a proposé de rencontrer à nouveau la direction de la Guilde en janvier 2014 pour tenter trouver une solution acceptable pour tous. Conscient que les émotions pouvaient être vives, l’IEB a même suggéré de recourir à des conseillers juridiques pour effectuer la médiation entre la section locale 406 et la FAM, pour répondre aux différentes questions d’ordre juridique, dont celles sur la Loi sur le statut de l’artiste et le Code du travail, et pour s’assurer qu’un accord viable allait être conclu à la fin de la réunion. La direction de la Guilde a rejeté l’offre de réunion, pour ensuite présenter une motion lors de l’assemblée de décembre prévoyant la tenue d’un référendum pour se désaffilier de la FAM et devenir une entité distincte. Nous croyons que c’était là l’objectif depuis le début.

VEUILLEZ LIRE CE QUI SUIT – C’EST IMPORTANT!

Si la Guilde décide de se désaffilier de la FAM, ses membres ne seront plus admissibles à recevoir les services et les avantages auxquels ils ont droit actuellement. Cela comprend entre autres ce qui suit :

  • Un accès aux accords négociés de la FCM/FAM (ententes sur les enregistrements sonores, l’Office national du film, la CBC à l’extérieur du Québec, le cinéma et les téléfilms, les règles de production concernant le contenu canadien (CCPR), annonces publicitaires, etc.) et aux paiements de réutilisation et de nouvelle utilisation;
  • Une aide d’urgence de voyage ainsi que des services pour les engagements lors de déplacements hors Québec;
  • L’assurance approuvée de la FCM pour les instruments, les soins de santé et les voyages;
  • Un fonds de grève pour les orchestres participants;
  • Le fonds de paiements spéciaux (pour les enregistrements sonores);
  • Le fonds des marchés secondaires pour les musiciens travaillant sur des films;
  • La participation continue au fonds de pension des musiciens du Canada pourrait être compromise;
  • La capacité d’être inclus dans les contrats des membres de la FAM;
  • La capacité d’obtenir, par l’entremise de la FAM, des visas P-2 pour un travail aux États-Unis;
  • Les services GoPro Music, GoPro Lessons, GoPro Tunes et GoPro Hosting;
  • Des engagements par l’entremise de AFM Entertainment;
  • Le fonds Lester Petrillo, qui offre une aide financière aux musiciens souffrant d’un handicap.

Comme musicien actif, pouvez-vous vous permettre de perdre de tels avantages ?

Il est important de réaliser que, comme membre de la FAM, vous bénéficiez du meilleur des deux mondes. La section locale 406 négocie en votre nom au Québec, dans les deux langues officielles, tandis que la FAM s’occupe de tous vos engagements au Canada et aux États-Unis. Une désaffiliation signifierait pour vous une absence de représentation et de protection à l’extérieur du Québec, car dans un tel cas vous ne pourriez pas maintenir votre adhésion aux deux organisations.

Le milieu syndical est attaqué sur tous les fronts. Le fait de se séparer de la FAM et de fragmenter l’organisation aura des répercussions négatives pour tous les musiciens au Canada et aux États-Unis. Nous devrions plutôt travailler à consolider et à renforcer notre position comme la plus grande organisation dans le monde dans le secteur du divertissement et à tenter d’améliorer les normes pour lesquelles nous nous sommes battus et que nous avons cherché à maintenir depuis 1896. La solidarité veut dire ensemble… et non chacun de son côté!

Je vous demande donc d’examiner la situation avec soin, car il est de votre intérêt primordial en ce qui concerne votre carrière comme musicien professionnel de demeurer avec nous. Nous vous prions par conséquent de voter contre la désaffiliation et de demeurer avec la FAM; et ainsi nous permettre de conserver ensemble notre capacité à mobiliser 17 000 membres au Canada!

Veuillez agréer, en toute sincérité et fraternité, mes meilleures salutations.

a_willaert

Alan Willaert
Vice-président FAM, Canada

18 thoughts on “Accueil

  1. Je n’ai aucun souvenir d’une mobilisation de 17 000 musiciens… Les négociations avec les orchestres ne m’ont pas convaincu ces dernières années non plus. Et les menaces que vous proférez en fin de lettre me semblent gonflées (déformées) au point de perdre leur crédibilité. Vous ne m’avez pas du tout convaincu.

  2. Absolument pas croyable. À quoi ça sert mes frères et soeurs au Québec? C’est une chose de saboter notre propre vie, mais de blesser les autres en même temps?

  3. C’est déjà tellement compliquer d’aller jouer aux Etats unis, on y voit pas le changement que ça ferait. Il est absurde de donner de l’argent à la FAM tout comme il est absurde pour nous au Québec de donner de l’argent à la reine d’Angleterre.

  4. Je suis devenu membre à la fin des années 70. Pendant les années 80 j’ai participé à une conférence canadienne et le sujet de se désaffilier de l’AFM a été abordé par les représentants, pas seulement ceux du Québec. Plusieurs étaient d’accord mais la majorité approtait les arguments que vous donnez plus haut. Le principal argument qui a fait achopper cette indépendance du Canada a été les MPTF (MPF) qui, à l’époque étaient assez gros. Aujourd’hui ces montants sont à peu près inexistants et tous les autres arguments concernent un très petite partie des membres, celle qui voyage. Nous envoyons beaucoup d’argent à New-York pour recevoir quoi? Un fons de grève? Laissez moi rire. Un soutien en cas de grève. Je n’ai jamais vu de mobilisation générale pour aider les différentes grèves qui se sont passées des deux côtés de la frontière. Je pense qu’il n’y a pas vraiment d’utilité pour le musicien ordinaire à rester dans cette fédération si ce n’est pour leur envoyer de l’argent.

    Ce qui serait encore mieux serait quant à moi qu’on quitte tous pour se reformer en association canadienne et là ça marcherait probablement beaucoup mieux.

  5. Pour garder nos avantages, l’accès à la communauté nationale et internationale, des États-Unis, etc processus de visa Americain etc. avec des affiliations à l’AFM FAM FCM CFM, doit-on garder nos membres en transférant > LOCAL 1000?

  6. Ce qui est absurde, c’est de donner de l’argent à la section locale 406. Est-ce possible de transférer de local? Personnellement, quand j’ai travaillé aux États-Unis, l’AFM a envoyé beaucoup de personnes motivés à se battre pour améliorer mes conditions. Du tangible. Mais je n’ai jamais vu personne du local 406 essayer de m’aider, bien au contraire, ils m’ont souvent mal informé. Je ne leur fait pas confiance non plus avec la gestion de l’argent. À vrai dire, je n’ai eu que des mauvaises expériences avec eux et j’ai bien l’impression qu’ils n’ont jamais travaillé pour défendre mes intérets, quoi que leur panphlets traduits au coûts de plusieurs milliers de dollars de nos poches puissent dirent.

  7. La première chose à faire pour L’AFM avant de tenter de nous convaincre de quoi que ce soit serait d’avoir des communications écrites dans un français IMPECCABLE et non pas une lettre traduite par le traducteur automatique de Google.
    Aucun de vos commentaires n’arrive à me convaincre et cette action aurait dû être prise depuis au moins 20 ans.
    Plus de la moitié de vos membres américains vous ont déjà laissé tomber….
    Ça nous en dit long sur la valeur que l’AFM peut avoir dans le cœur des Québécois…et même des Canadiens.
    Je suis d’accord avec Monsieur Altobelli….Donner de l’argent à L’AFM c’est comme donner de l’argent à la reine d’Angleterre… Aucun intérêt !
    Cessez donc de nous faire une “guerre de la peur” !
    On se débrouille très bien sans vous.

  8. Monsieur Alan Willaert,

    Vous dites que c’est la direction de la Guilde qui a présenté une motion de désaffiliation à notre dernière assemblée. C’est totalement faux ! J’ai personnellement secondé la proposition présenté par un des membres présents. Vous vous intéressé soudainement au musiciens du Québec dans le seul but de continuer à recevoir nos cotisations. Votre campagne de peur était tellement à prévoir. Vous êtes pathétique. Je souhaites que les musiciens du Québec s’unissent pour régler leurs affaires comme ils l’entendent!

  9. Rémi

    “La Guilde nous a informés que lors de son assemblée générale de décembre elle avait adopté une motion pour la tenue d’un référendum …”

    ‘Adopté’ est different de ‘présenté’ ??

    Toi et la Guilde insitent qu’ un membre a présenté la motion de désaffiliation.

    Où sont les procèss verbeaux de cette assemblée des membres?

  10. Daniel

    Via Google Translate à 99%:

    Pourquoi voudriez-vous exiger de quelqu’un de l’extérieur du Québec s’adresser à vous avec de meilleurs français que les Québécois utilisent entre eux-mêmes tous les jours, comme à la Commission Charbonneau, par exemple?

    Je n’ai eu qu’ à corriger un mot dans la phrase ci-dessus!

  11. Just to be clear, I was the first to post that link to the convention video. The Guild then re-posted it.

    I posted the link so that the actions of the convention would be clear and not distorted in any way.

    PH

  12. Juste pour être clair, j’étais le premier à poster ce lien pour la vidéo de la convention. La Guilde l’a re-posté .

    J’ai posté le lien pour que les actions de la convention soient claires et non déformées en aucune façon.

    PH

  13. Les résultats n’étaient pas bons, mais aussi un peu inhabituels.

    Le taux de participation de 70% au cours de ce référendum, dans lequel 2028 de 2906 membres en règle au moment du vote ont participé au scrutin est peut-être «historique», mais cela signifie aussi que 30% de l’effectif n’ait pas voté!

    53,3 % des électeurs ont voté oui. 47,7 % ont voté non. C’est loin d’avoir atteint une majorité de 2/3.

    La question pour moi est pourquoi près de 900 membres de n’ont pas voté?

    N’ont-ils pas reçu les bulletins de vote?

    N’ont-ils pas reçu tous les envois ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *